Artefact - Musée Huron-Wendat

L'exposition temporaire

Dans la salle Yadia’wish (salle de la Tortue), située en rez-de-jardin, le Musée présente un calendrier dynamique d'expositions d'ici et d'ailleurs. Parfois artistiques, parfois ethnologiques, ces expositions permettent au visiteur d'approfondir ses connaissances sur un aspect particulier de la culture wendat, de découvrir d'autres cultures amérindiennes ou d'apprécier le génie et la créativité des artistes autochtones d'hier et d'aujourd'hui. Contactez-nous pour vous informer sur l'exposition en cours et celles à venir!

À L'AFFICHE / 20 mai 2016 au 10 février 2017

Miroir d'un peuple
L'œuvre et l'héritage de Zacharie Vincent


Chasseur, guide, chef de guerre, chef au Conseil et père de famille, le personnage de Tehariolin Zacharie Vincent (1815-1886) demeure une énigme. Les œuvres de ses contemporains canadiens, Antoine Plamondon et François-Xavier Garneau, l'élèvent au rang de légende, celle du « dernier des Hurons ». Insatisfait, Tehariolin réplique avec une arme qu'aucun guerrier n'avait portée ici avant lui : le pinceau! Il peint plusieurs autoportraits complexes et riches en symboles. Il s'intéresse à la vie au village et sur le territoire, qu'il peint et dessine, comme autant de témoignages sur sa nation et son époque. Plus tard, il découvre le pouvoir et la force de diffusion de la photographie et de la reproduction.

Artiste prisé de l'aristocratie britannique au XIXe siècle, il disparaît longtemps de la conscience collective wendat. La redécouverte de son œuvre s’amorce à la fin du XXe siècle, alors que s'engage chez les artistes des Premières Nations le combat de la représentation. Mais au-delà de la légende, qui est vraiment Tehariolin Zacharie Vincent? Le dernier vestige d'une civilisation condamnée à l'extinction? Ou un artiste avant-gardiste, guerrier de l'imaginaire et véritable pionnier de l'art autochtone contemporain? La force de son legs et la vitalité de ses héritiers suggèrent une réponse sans équivoque.