Danses traditionnelles

LA GRANDE ENTRÉE

Durant cette danse d’ouverture, les porteurs de drapeaux sont les premières personnes à faire leur entrée. Il s’agit souvent d’anciens combattants à qui l’on demande de porter le drapeau. Les chefs, les sages et les dirigeants de bandes leur emboîtent le pas. Finalement, les danseurs entrent dans la ronde; les hommes précèdent les femmes, puis arrivent les enfants. À cause du caractère sacré de cette danse, nous demandons aux spectateurs de ne pas prendre de photographies lors de cette danse. 

LE TAMBOUR

Le tambour est le cœur même du pow wow et il ne pourrait y avoir de pow wow sans tambour. Le tambour représente les battements de cœur de la Mère Terre.  Il donne le rythme aux danseurs et ceux-ci l’honorent à chaque danse.

LA DANSE TRADITIONNELLE DES HOMMES

Cette danse est sans doute la plus ancienne des pow wow. Chaque danseur, à sa façon, honore le guerrier en lui. Il raconte par ses danses des histoires de chasse et de guerre vécues par ses ancêtres. Il s’agit d’un moment très spirituel du pow wow.

LA DANSE DES HERBES SACRÉES POUR LES HOMMES OU GRASS DANCE

C’est dans les plaines que cette danse a pris naissance. Elle rappelle le temps où les hommes, avant d’établir leur campement, devaient aplatir les hautes herbes. Les danseurs piétinent la terre pour rappeler cette ancienne tradition.

LA DANSE « FANCY » POUR LES HOMMES

Cette danse, qui a vu le jour dans les années 20 en Oklahoma pour divertir les visiteurs des réserves autochtones, est sans doute la plus impressionnante et la plus colorée des danses de pow-wow. Les danseurs vêtus d’habits très élaborés dansent sur un rythme très rapide. Cette danse est habituellement exécutée par les plus jeunes danseurs puisqu’elle demande une très grande forme physique.

LA DANSE TRADITIONNELLE DES FEMMES

Cette danse très noble rend honneur aux liens qui unissent la femme à la Mère Terre.  Tout au long de cette danse, les danseuses exécuteront des mouvements lents et ne soulèveront presque pas leurs pieds du sol afin de conserver le lien sacré qu’elles ont avec la mère Terre.

LA DANSE DU CHÂLE

Dans les années 50, les femmes ne pouvaient danser à l’intérieur du cercle, c’est après qu’une danseuse se soit introduite dans le cercle de danse déguisé en homme que les femmes ont acquis le droit d’entrée dans le cercle de danse, au début, elles dansaient avec leurs couvertures et au fil des années elles y ont ajouté des rubans et des broderies pour en faire la danse colorée que nous connaissons aujourd’hui. Les mouvements des danseuses nous rappellent souvent ceux d’un papillon.

LA DANSE DES CLOCHETTES

Selon la légende, Maggie White, une jeune Ojibwe, tomba très malade.  Alors qu’elle était agonisante et que personne ne savait comment la guérir, son grand-père rêva d’une fillette vêtue d’une robe ornée de larmes. À son réveil, il en parla aux ainées de son village et les femmes décidèrent de confectionner une robe ornée de couvercles de boîtes de tabac roulés rappelant la forme de larmes.  Il est dit que, la première journée où la petite Maggie porta sa robe, elle arriva à s’asseoir dans son lit; la seconde, elle marcha et, la troisième journée, elle dansa, complètement guérie de sa mystérieuse maladie. Aujourd’hui, il arrive que nous demandions à certaines danseuses de danser pour la guérison de personnes malades.

La confection de cette robe doit se faire sur une période d’un an. Une clochette par jour doit être installée sur la robe; à l’intérieur de celle-ci se trouvera du tabac dans une pochette. La danseuse aura pris soin de prier avec cette pochette de tabac avant de l’insérer dans la clochette. À la fin de l’année, il y aura 365 clochettes qui seront installées sur la robe. La robe de clochettes (jingle dress) est la robe de la médecine. La danseuse envoie ses 365 prières au créateur durant sa danse.

 

S'inscrire à l'infolettre

[mc4wp_form id="7612"]